arrêter de manger ses émotions

Pyjama pilou pilou, boîte de mouchoirs, Pretty Woman et l’indispensable tablette de chocolat… Nous sommes dans la caricature parfaite d’une mangeuse émotionnelle qui comble son manque affectif dans la nourriture (un scénario à la Bridget Jones quoi ) !

Ça vous rappelle quelqu'un ?

Voyons...

Qui n’a jamais craqué sur un paquet de chips après une grosse journée de travail ou vidé les placards à biscuits pour s’occuper l’esprit hummm...?

Le problème, c'est lorsque ce type d'alimentation devient récurrent. 

Là, ce comportement alimentaire peut engendrer une prise de poids très difficile à perdre.

Vous faîtes partie des mangeuses émotionnelles ?

Pas de panique.

Dans cet article, je vous aide à comprendre le lien entre émotion et alimentation pour retrouver un mode de vie sain et équilibré.  

Cela vous aidera à prendre conscience lorsque ça va trop loin, et vous aurez des solutions efficaces pour vous aider à calmer votre faim émotionnelle.   

Pin it

Êtes-vous une mangeuse émotionnelle ?

Je ne vais pas passer pas par 4 chemins...

Ma réponse est OUI ! 

Nous avons toutes en nous une part de mangeuse émotionnelle.

Franchement, aimeriez-vous vous asseoir à table, et avaler votre repas et votre verre d’eau comme une machine ?

Personne n’aime déjeuner sans plaisir, pas vrai ?

Quand vous dînez tranquillement en famille ou entre amis, et que vous profitez de ce moment agréable pour grignoter les délicieux petits-fours qui s’agitent sous vos narines, là on a plutôt tendance à parler, de plaisir de manger ou d’alimentation émotionnelle positive.

De l'autre côté, il y a l’aspect plus problématique de ce comportement alimentaire.

Celui qui consiste à manger sans faim pour compenser certaines émotions intenses ou négatives.

« Zawji, je me suis encore pris la tête avec ma soeur... On se fait une Pizza/Netflix pour décompresser ? »

Après tout, ce n’est pas de votre faute.

Vous avez besoin de vous détendre et la malbouffe libère des hormones de plaisir à chaque bouchée.

Malheureusement, ce type de comportement peut être le début d’une spirale addictive dont il est difficile de se libérer. Et cette mauvaise habitude met le doigt sur une véritable difficulté.

Celle de ne pas chercher à comprendre ses émotions, ni à les ressentir.

La première étape pour stopper ce trouble du comportement alimentaire, c’est donc de commencer par ouvrir les yeux

Lisez la suite et dîtes mois si vous reconnaissez-vous dans ces 5 phrases qui prouvent que vous êtes une mangeuse émotionnelle ?

1-« Louper un repas ? Pas question ! »

Vous êtes vous déjà retrouvée dans l’une de ces situations :

► Vous sentir obligée de manger avec les membres de votre famille par peur de louper quelque chose, alors que vous n’avez pas faim ?

► Manger une glace pour faire comme tout le monde ?

Cette attitude se traduit par la peur d’être exclue, amplifiée par la pression sociale du genre « tu ne sais pas ce que tu rates ! ».

C’est ce qu’on appelle l’effet « FOMO » ou « Fear of Missing Out ».

2-« Je m’ennuie... où sont passé les gâteaux des enfants ? »

Pour beaucoup d’entre nous, grignoter un carré de chocolat ou dévaliser le placard à sucreries est un moyen comme un autre de tuer le temps.

Sans avoir le ventre qui gargouille ou de sensation de faim, la nourriture est simplement une manière rapide et efficace pour se divertir ou se réconforter.

[ Pour connaître mes 5 astuces pour stopper définitivement le grignotage, c'est ICI ]

3-« Je n’aime pas mon corps »

La plupart des femmes souffrant de pulsions alimentaires développent un rapport au corps plutôt néfaste.

Il est courant qu’elles passent ou qu’elles soient passées par des phases boulimiques, voire anorexiques.

Réfléchissez  et posez vous ces questions :

  • Est-ce que vous savez prendre soin de vous ? 
  • Est-ce que vous vous acceptez comme vous êtes ?
  • Est-ce que manger en dehors des repas devient une obsession pour vous ? 

Toutes ces questions vous permettront peut être de prendre conscience que quelque-chose ne tourne pas rond...

Ici, le piège serait d’entamer un régime pour sortir de ce mal-être et réussir à retrouver une bonne image de soi. 

Ça n’est vraiment pas la bonne solution !

Vous devez d'abord retrouver l'estime de vous, comprendre d'où vient votre mal être et accepter vos émotions pour reprendre le contrôle de votre corps !

[ Découvrez 5 exercices faciles et inattendus pour retrouver une bonne image de soi ]

4-« Je culpabilise ! »

« Mmmmh, ce fondant au chocolat est absolument délicieux, mais je vais le payer sur la balance. Je ne devrais pas le manger. Pourquoi ai-je encore craqué ? ».

Plus vous vous privez du plaisir de manger, plus vous en avez envie 🤤.

C’est simple comme bonjour !

Cette équation logique est le résultat d’une mauvaise éducation alimentaire et de nombreuses croyances.

Mais rassurez-vous, on peut toujours s’en libérer. 

Je vous explique comment un peu plus bas.

5-« Où vais-je bien pouvoir cacher ces bonbons ? »

Cacher sa nourriture révèle une certaine peur du regard des autres :

« Que diraient mes amis s’ils savaient ce que je mange ? ». 

Ce type de pensée est le reflet de votre propre jugement.

Alors, soyez bienveillante envers vous-même, vous ne vous en porterez que mieux !

En résumé, nous distinguons donc trois types de faim :

la faim physiologique : le corps rappelle au cerveau qu’il est grand temps de manger ;

la faim mondaine : cette sensation plaisante intervient quand nous sommes en société, pendant un repas en amoureux, entre amis ou un déjeuner de travail ;

la faim émotionnelle ou « faim de la tête » : l’envie de manger provient de la tête et répond à un besoin émotionnel.


Maintenant que nous avons fait le point ensemble et déterminer avec précision ce qu'est la faim émotionnelle, voyons ses conséquences sur notre quotidien...

manger sans faim pourquoiPin it

Alimentation émotionnelle et prise de poids : quelle conséquence ?

Pour son bien-être, votre corps a besoin d’équilibre.

Et souvent les hormones vous influencent négativement si vous avez tendance à étouffer vos émotions négatives.

C'est pour cela que vous finissez inlassablement par jeter votre dévolu sur des aliments gras ou sucrés pour lutter contre le stress, l’anxiété ou la colère.

Ici, ce n'est pas une question de fringale ou de petit creux.

C'est juste une façon pour vous d'étouffer vos problèmes.

Et ce déséquilibre émotionnel est souvent désastreux, puisqu'en mangeant sans faim des aliments à haute densité calorique, vous grossissez et augmentez aussi les risques d’obésité.

Sur le plan médical, cela s’explique parce que le stress augmente anormalement votre taux de cortisol. Cela épuise les glandes corticosurrénales.

Et favorise en plus le stockage des graisses et les fringales !

C'est le serpent qui se mord la queue...

Par ailleurs, les kilos émotionnelles que vous prenez, provoquent toujours de la culpabilité et un sentiment de honte.

Les ennemis numéros 1 pour avoir une bonne image de soi !

Vous l'aurez compris, manger ses émotions est véritablement problématique pour votre bien être tant physique que moral.

Mais d'où vient ce besoin de manger alors qu'on a pas vraiment faim ?

Quelles sont les causes de l’alimentation émotionnelle ?

L’hyperphagie (le mot très classe qui signifie « manger sans faim ») est un besoin émotionnel et non-biologique.

En augmentant la sérotonine, l’hormone du bonheur, l’alimentation va jouer le rôle d’antidépresseur.

Elle va combler le vide que vous ressentez lorsque vous vous ennuyez et vous réconforter en cas de « coup de mou ».

Comme l’expliquent Isabelle Huot et Catherine Sénécal dans leur livre « Cessez de manger vos émotions », il s’agit d’un processus classique et normal tant que la "comfort food" est occasionnelle.

Après tout, un petit plaisir de temps en temps ne fait de mal à personne.

À contrario, si vous n’êtes jamais rassasiée et que l’embonpoint s’installe, le mécanisme de régulation interne peut alors vite dérailler et vous diriger tout droit vers des troubles du comportement alimentaire.

Gérer la faim émotionnelle : quelles solutions ?

Faire des régimes lorsqu’on est victime de faim émotionnelle est la dernière chose à faire !

Du moins dans un premier temps.

Mais, bonne nouvelle.

Dès lors que vous aurez réussi à accepter vos émotions, vous pourrez vous débarrasser de cette frénésie alimentaire en 3 étapes :

1-    Retrouver de la constance autour des repas

Pour ne plus subir la faim émotionnelle, on retrouve un mode de vie plus routinier.

Dans un premier temps, on reprend la bonne habitude du menu hebdomadaire, on rééquilibre son alimentation et on oublie les produits coupe-faim.

Le rayon viennoiseries et pâte à tartiner, c’est terminé !

On les remplace par un fruit ou un yaourt pour la collation.

Puis, on savoure son repas à heures régulières et on le partage dans la convivialité pour combler la solitude et retrouver le plaisir.

Pour le dessert au chocolat, c’est OK, mais une part et sans excès !

2-    Ré-apprivoiser la sensation de faim et de satiété en pleine conscience

La faim est parfois désagréable.

On ressent une légère douleur au niveau de l’estomac, accompagnée de nervosité ou de sensations de faiblesse.

Peu à peu, cela devient tellement obsédant que manger devient une nécessité.

Parfois, nous avons peur de la faim, nous mangeons sans faim ou nous n’avons pas faim. Bref, c’est problématique !

Il est donc utile de ré-apprivoiser la faim et la sensation de satiété pour en faire des alliés de taille qui vous permettront d'arrêter de grossir !

Pour cela, vous devez les explorer et les écouter en pleine conscience, tout simplement.

Quand la faim arrive, accueillez-la avec bienveillance et mangez jusqu’à ressentir la satiété.

[ Pour en savoir plus sur l'alimentation intuitive, c'est ICI ]

3-    Gérer le stress autrement

Quand l’alimentation émotionnelle est bien installée, le corps s’habitue à recevoir des aliments addictifs pour faire face aux émotions.

Vous devez donc lui apprendre à faire autrement !

En réponse à la solitude ou au manque affectif, vous pouvez rendre visite à une amie ou reprendre une activité sportive pour retrouver de bonnes sensations physiques et libérer les hormones du plaisir.

Les méthodes alternatives telles que la méditation, la relaxation ou les méthodes douces comme le Pilates et la sophrologie sont un excellent moyen d’équilibrer votre corps, votre mental et votre esprit.

Dans la vie, tout est prétexte à se trouver des excuses : la rentrée scolaire du petit dernier, le mariage à préparer, le remplacement de la collègue en congés…

Soufflez, dormez et prenez soin de vous.

Vous devez faire de votre bien-être une priorité !


Pour résumé, pour en finir une bonne fois pour toute avec la faim émotionnelle, vous devrez passer par ces 3 étapes:

✅ Retrouver une certaine constance et régularité dans vos repas,

Ré-apprivoiser votre sensation de faim et de satiété en pratiquant la pleine conscience,

✅ Apprendre à gérer vos émotions et votre stress.

Vous pouvez commencer dès aujourd'hui avec l'étape 1.

Un petit pas suffit à mettre en place de grands changements !

La décision vous appartient 😉.


Safiya ♥️.